Loading

Navigation dans les îles grecques: 1 mois dans les Cyclades

Navigation dans les îles grecques: 1 mois dans les Cyclades

Les Cyclades sont au programme, nous sommes le 30 mars 2016 et nous avons prévu un mois pour sillonner ces belles îles, dont 15 jours à nous deux pour parcourir une partie des Cyclades jusqu’au 17 avril, date à laquelle Simon et Mamoune nous rejoignent pour la suite.

Sur les bons conseils de nos amis, Athéna et Iaonnis, nous irons explorer dans cet ordre, l’ile de Kéa, Syros, Tinos, Mykonos, Paros dont Naoussa, Naxos, Ios, Santorin, Sikinos, Milos, Sifnos, Sérifos,  Kythnos et Athènes pour déposer Simon et Mamoune et changer d’équipage avec Fanny et Laurent qui nous rejoignent pour une semaine, du 01 au 07 mai.

 

Kéa – dans la baie de Korissia

Nous arriverons vers 20h30, dans le noir, dans la grande baie de Korissia. Nous mettons l’ancre, nous sommes seuls, tout se passe sans soucis. Nous dormirons tranquillement.

Le lendemain, il fait beau, première mise en jambe par une belle ballade jusqu’au phare. Ensuite, pour ce midi, Erwin est bien tenté par un petit restaurant le long du quai. A notre grande surprise, le quai se rempli minute par minute par de gros zodiaques de 300 à 600 chevaux. Un vrai spectacle de « stoefer ». En effet, je lis dans le guide que c’est le rendez-vous des riches Athéniens pour leur weekend. Vers 16h00, ils quittent la baie (je pense qu’ils ont bien mangé ;)) et le calme revient. On en profite pour essayer notre nouveau Kayak. C’est génial, il fonctionne super bien, on glisse sur l’eau. Pour Ginger, ce n’est pas encore son sport préféré, mais ça va venir ☺

 

A Kéa, vous devez visiter le magnifique village de Ioulida, sur les hauteurs et aller se promener jusqu’au « Lion de Kéa ». Le lion n’est pas aussi beau que celui de Waterloo, mais continuez plus loin la randonnée dans les vallées verdoyantes, çela en vaut la peine. Le printemps nous offre des chemins parsemés de fleurs et d’odeurs. C’est magnifique ! Sur la route, nous croiserons un paysan très âgé sur son âne. C’est magique à voir !

Kea

kea randonnée

Syros – Ermoupolis

Le port de Syros, est déjà une plus grande ville. On parlera de ville et non plus de village. La ville est extrêmement propre, les bâtiments sont modernes et rénové tout en gardant énormément de charme. Nous sommes amarrés devant les nombreuses terrasses plus attirantes les unes que les autres. Le centre reste petit et piétonnier dans un labyrinthe de rues.  On y trouvera toutes les commodités nécessaires.

port de Syros

L’histoire raconte que les catholiques s’installèrent en hauteur et par la suite, les orthodoxes bâtirent dans le bas de la ville. Nous irons nous balader dans ses différentes bourgades. On y retrouve les maisons blanches aux volets bleus, très typique avec beaucoup d’escaliers. Il y fait bon vivre.



Tinos 

Tinos est très connu pour son site de pèlerinage vénéré par les Grecs orthodoxes, de par la célèbre église « Panagia Evangelistria » accueillant de nombreux fidèles.  Cet édifice recueille l’icône sacrée de la Vierge Marie découverte en 1822, à cet endroit. Elle est glorifiée pour ses pouvoirs de guérison. En période sainte, les nombreux pèlerins montent la grande allée du port à l’Eglise à genoux, des cierges à la main. En effet, un long tapis est cloué au sol, sur le côté de la route. Nous ne manquerons de visiter ce sanctuaire

Tinos Cathedrale Tinos

C’est une grande église, il y a également, tout autour, de grands bâtiments pour les nones. Et à l’intérieure, la Vierge Marie est toujours présente, recouverte de pierres précieuses.

Que la religion vous intéresse ou non, Tinos est aussi un village et un port connu pour ses cafés et restaurants jalonnant le quai et doté d’une belle nature parsemée de maisons blanches traditionnelles accessibles par beaucoup d’escaliers…

Nous avons mouillé dans la baie située à l’Est du port, tranquillité assurée

Mouillage Tinos

Mykonos

Pour les bateaux et voiliers de passage, comme nous, n’essayez pas d’entrer dans le vieux port. Il y a un nouveau port un peu plus loin, conçu spécialement pour nous accueillir. C’est 13 euros pour deux nuits avec l’eau et l’électricité disponible en supplément.

Un bateau navette vous amènera dans le vieux port pour quelques euros.

ruelle MykonosMykonos
Une fois amarré, nous ne perdons pas de temps pour aller découvrir la fameuse Mykonos. C’est magnifique ! Avec le vieux port animé, les petites maisons blanches et leurs volets de couleurs, un vrai labyrinthe de ruelles extrêmement propres, énormément de charme, parsemé par des boutiques et restaurants tous très chics et bien entretenus. On comprend pourquoi Mykonos est si connue. Il y a aussi les fameux moulins, de jolies plages et criques, qui ont fait le bonheur de Ginger. Encore un peu trop froid pour nous. Nous terminerons sous le charme de Mykonos en hors saison

 

Paros – Naoussa

Paros est réputé pour son marbre au grain et à la transparence inégalable, dont l’œuvre de « la  Vénus de Milo » qui lui doit sa prospérité.

Pour notre part, arrivant de Mykonos, la grande baie de Naoussa nous est la plus favorable pour mouiller. Naoussa est un vieux village de pécheurs devenu très chic.

La vie y est plus paisible qu’à Mykonos. On se soucie moins des strasses et paillettes. Nous y sommes également conquis et nous nous sommes laissé tenter par un petit restaurant.

Nous profiterons de l’après-midi pour nous promener jusqu’au phare par les chemins de randonnées entre les fleurs jaunes et mauves. Le printemps nous gâte.

Naoussa Paros Poulpe

 

Naxos

Est-ce le mauvais temps qui nous a laissé indifférent à Naxos ?

Naxos est une grande ville, moins charmante, beaucoup moins propre et avec bien plus de circulation.

Nous nous sommes échappés dans les hauteurs de la ville pour atteindre  les vallées, trouver plus de calme et moins de trafic. Nous y avons découvert par surprise, au sommet de la colline, une petite chapelle grande de cinq mètre carré permettant de se recueillir.  Un petit moment magique pour nous réconcilier avec Naxos peut-être ?

Naxos

Naxos est une ancienne ville fortifié dont le vestige d’une citadelle à découvrir. La vieille ville coexiste par deux quartiers historiques. En hauteur, le Kastro, domaine des catholiques et joyau de la ville avec ses belles demeures vénitiennes. Et en contre-bas, le Bourgos des Grecs orthodoxes. Naxos possède aussi de plages, mais que nous n’aurons pas vu.

Or de la ville, on cultive beaucoup plus que les sur les autres iles. Il y a aussi le mont Zeus de 1004 mètre d’altitude qui domine les Cyclades.

 

Ios – Ormos et Manganari

La baie d’Ormos est grande et le port plus petit. Nous prévoyons donc un petit mouillage, dans une mer calme.

Au programme, visite du village d’Ios en hauteur. Ios est connu pour la fête et sa vie nocturne. Un escalier de 1,2 km nous emmène d’Ormos à Ios. Ios atteint, nous découvrons ses ruelles en labyrinthe avec de part et d’autres des bars, discothèques et quelques habitations. C’est beaucoup moins charmant et moins intéressant que ce nous avons déjà vu.

Nous décidons de rentrer au bateau, manger et prendre la mer pour rejoindre un autre mouillage plus au sud et y faire une belle promenade en pleine nature.

Nous sommes seuls dans la baie de Manganari  et nous ne sommes pas déçus de notre décision. Il n’y a personne, nous avons la plage avec un joli sable doux rien que pour nous !

Erwin en a profité pour sortir son drone et Ginger pour courir où elle le souhaitait. La vraie liberté nous sourit !

12998707_1578564089139331_5761521038635833414_n

Ensuite, en longeant la baie, nous avons fait une incroyable rencontre. Nous sommes tombés nez à nez avec un phoque !  Il n’a pas hésité à sortir de l’eau et à se rapprocher de nous. Il se rapprochait tellement, qu’on aurait dit qu’il demandait des caresses. En effet, ses jolis yeux noirs nous on fait craquer aussi et on la tellement caressé qu’il ne voulait plus nous quitter. C’est plus qu’incroyable, mais il nous suivait réellement. On a refait toute la baie, nous sur le sable et lui, au bord de l’eau. L’histoire ne s’arrête pas là,  il nous a suivi jusqu’à l’annexe. Ensuite, nous l’avons malheureusement perdu. Le bateau était assez loin et je pense qu’il était principalement là pour se reposer et on lui en a peut-être demandé trop.

On l’a surnommé Harry !

 

Santorin-Akrotiri

Pour rejoindre Santorin, nous avançons bien, allure GV + Génois. Mais pour passer entre les deux iles de Santorin et Thirasia, nous préférons enrouler le génois au cas où il y aurait des interférences. Le vent ne change pas, nous le remettons. Mais il fait un étrange bruit métallique. Ce n’est pas bon ça… On va voir, le haut du génois à lâché, une pièce est cassée et Erwin l’a vu tomber. Tout se passe en quelques secondes. C’est impressionnant ! Nous le ré-enroulons à toute vitesse et nous continuerons notre entrée dans Santorin au moteur.

Santorin vue de la mer est splendide. Ses montagnes noires avec, à ses sommets, des villages blancs parsemés sur les falaises, c’est ravissant.

Santorin

Nous cherchons à nous amarrer à une bouée. Mais dans ce bras de mer, la route se partage entre les ferries, des bateaux de convoyeurs pour touristes,  des voiliers en bois de 20 mètres et beaucoup de catamarans de charters. Il n’y a pas vraiment de place pour nous. Et les bouées sont principalement réserver aux charters. On passe donc les criques une à une en oubliant l’idée d’ancrer, l’île étant une montagne volcanique, il n’y a pas de fond à bonne tenue.

Toutefois, en observant les bateaux de convoyeurs s’amarrer aux bouées et aux rochers par l’avant et l’arrière, nous tentons notre chance à une bouée libre. Mission réussie, nous profiterons d’être à l’arrêt pour monter au mat vérifier l’attache du génois.

Nous en profiterons également pour nous promener sur l’île d’en face: Nea Kameni, une île très spéciale, vierge de toute habitation. La roche est noire, semé d’une unique plante rouge à verte. On a l’impression de marcher sur une autre planète.

Nea Kameni

Santorin était à l’époque prénommée Strongili, ce qui signifie, la ronde. Mais, due aux violentes secousses et éruptions volcaniques, l’île s’est trouvée morphologiquement modifiée. D’où ces petits îlots isolés de part et d’autre.

Ensuite, n’étant pas certain de pourvoir rester amarrer, nous irons avant le coucher du soleil, rejoindre le sud, Akrotiri, la zone de mouillage où il y une plage et des petits pontons des restaurants que nous utiliserons.

Cela nous aura également permis de passer devant la plage noire, la blanche et la rouge, en référence à la couleur de leur roche. Nous irons nous promener sur la rouge !

A Santorin, il y a un port situé un peu plus loin d’Akrotiri. Le port est assez petit et envahi des catamarans. C’est aussi un port de pêche sans réel marina ou magasins de voile. Il parait que son entrée n’est pas facile à cause de hauts fonds. Nous y sommes allé à pied en espérant trouver la pièce de rechange pour le génois. Mais Erwin aura solutionné le problème en remplaçant la pièce avec celle du halebas. Trop fort mon capitaine. ☺

Santorin mouillage

Nous avons pu louer une voiture dans le village pour 12 euros la journée, demandez au restaurateur de la baie, ils appeleront la compagnie de location pour vous.

Aujourd’hui, nous sommes dimanche le 17 avril 2016, le bateau est tout propre pour accueillir Simon et Mamoune. Avec eux, nous irons visiter le village d’Oia. La vue y est splendide sur les îles tout autour. Le village n’est pas grand, une rue principale très touristique avec de nombreuses boutiques et restaurants. Nous trouverons la légendaire vue de Santorin pour une séance de photos.

vue santorin

Nous poursuivrons la visite par Fira, la capitale. Nous nous promènerons dans ces rues bouillonnantes remplient d’hôtels luxueux. Nous repèrerons un chemin de randonnée fantastique nous emmenant sur la toute fin de l’ile pour une vue spectaculaire.



Sikinos

Calme et paisible, Sikinos offre un tout autre décor. Un tout petit port, une jolie plage, une seule et unique épicerie et seulement quelques maisons plus loin. Le rythme de vie y est très tranquille et on s’y laisse aisément emporter. Nous nagerons dans une eau à 24 degrés ! Le village de Kastro dans les hauteurs est à ne pas manquer. Un parcours fléché de 3,8 km en 60 minutes permet de s’y rendre à pieds et de se balader entre les anciennes cultures en terrasses. En chemin, on y croise également, les superbes chapelles, qui valent le détour de s’y arrêter.

SikinosPlage Sikinos

Milos – Adamas

Milos offre plusieurs activités à faire et à visiter.

Tout d’abord, le port animé d’Adamas ou nous nous sommes amarrés. On y trouve tous les divertissements et commodités nécessaires.

Milos

L’enchanteur village de pêcheur de Klima en bord de mer, constitué de maisons à deux étages creusées dans la falaise. Les murs sont blancs et les portes sont peintes de couleurs vives. Nous sommes passés devant, avec un coucher de soleil sur les façades,  avant d’arriver au port. C’était ravissant.

Ensuite, les sources d’eaux chaudes, de Paléhori que nous vous déconseillons, le site est extrêmement décevant. Les sources se trouvent à l’embouchure d’une usine et assez loin dans la mer. Nous abandonnerons l’idée.

Les rochers blanc éclatant de Sarakiniko sont incontournables, mais que nous n’avons pas fait, par manque d’avitaillement aux alentours.

Il y a surement encore pleins d’autres choses à faire et à voir. Mais ça sera à vous de le découvrir, nous repartons vers Sifnos 😉

Sifnos – Kamares

Contre notre gré, faute de mauvais temps, nous ne sorons restés qu’une nuit à Sifnos, sans pourvoir s’y promener ou visiter ses villages.

Un vent de 7 beauforts s’engouffrait comme dans un entonnoir dans le port et tapait le bateau dans tous les sens.

Avec plus de temps, nous serions monté jusqu’au village blanc d’Apolonia et de Kastro en passant par les cultures en terrasses d’oliveraies et d’amanderaies afin d’atteindre le point de vue panoramique de l’ile.

 

Sérifos – Livadi

A Sérifos, la baie est grande et nous donne un large espace pour mouiller et il y a un port en fin de construction.

Livadi, est le port qui reste très paisible avec quelques restaurants et une petite plage. Nous nous laisserons charmer par un petit restaurant. Le lendemain, nous visiterons Sérifos, le village principal, perché au sommet. Un agréable chemin d’escaliers de 2,8 km indique la route à suivre. Le village est très pittoresque. Nous sommes frappés par la taille des maisons et des portes. Toutes très petites. Au sommet, nous ne ferons que passer devant les moulins car ils sont particulièrement bien exposés au vent…

Village SerifosSerifos

Kythnos – Kolona :

Le  planning étant juste, et le mauvais temps nous ayant bloqué une journée de plus à Sérifos, nous n’avons pas eu l’occasion d’aller à Kythnos. Nous nous sommes seulement arrêtés pour un mouillage dans la magnifique baie de Kolona avec son étroite plage entre la mer. Nous avons eu droit à un magnifique couché de soleil !

13055777_1585873655075041_1479654873469775425_o

Conclusion de nos navigations : 

Pour conclure, les Cyclades sont un paradis pour la voile. Nous avons apprécié les courtes distances qui séparent chaque île. Le dépaysement de chacune d’elle et une nouvelle découverte à chaque étape.

Les conditions météorologiques étaient principalement bonnes. Nous avions généralement un bon vent qui nous permettait d’avancer à une moyenne de 5 à 6 nœuds. Contraints au timing, nous sortirons une fois avec 35 nœuds de vent que nous avons moins apprécié. Mais c’était prévisible et notre choix.

Nous sommes souvent allés au port, pour un prix moyen de 6,50 euros pour notre 42 pieds. Evidemment, tout est fonction de la taille du bateau.  Sinon nous allions au mouillage. Les Cyclades offrent de nombreuses baies pour s’y abriter facilement.

Navigation Larwin

Les paysages sont époustouflants sur des collines vierges et immaculées de leur nature. Nous avons effectué de superbes randonnées et observer de splendides coucher de soleil.

Nous n’avons eu aucun problème avec Ginger, malgré les nombreux chats partout.

Nous avons eu plusieurs petites avaries avec le bateau. La pièce du génois qui s’est cassée, la pompe d’eau noire que nous avons changé, la pompe à pieds de l’évier que nous avons remplacé, et une panne d’essence. Mais tout est réparé.

Par contre la pêche ne fut pas fructueuse…

LEAVE A COMMENT